L’expérience des réseaux sociaux nous confronte à des hypothèses délirantes et indémontrables qui prétendent expliquer le réel. Nombre de militants versent dans ces théories fumeuses, fournissant malgré eux aux chiens de garde l’argument idéal pour décrédibiliser toutes les initiatives. Hypothèse : s’il y avait un complot du complot ?

Celui qui s’interroge à propos des maux contemporains déplore l’inertie de la majorité de ses concitoyens, leur ignorance voire leur « servitude involontaire » (1). Lui qui a regardé le documentaire Les Nouveaux Chiens de garde (2)sait que les médias traditionnels sont en lien étroit avec ceux qui sont au pouvoir, ou ceux qui possèdent ce qui le caractérise : le capital. Rappelons rapidement que Martin Bouygues et sa famille (Groupe de bâtiment et travaux publics, gros client de marchés publics) possèdent TF1 et LCI, Serge Dassault (le marchand d’armes), Le Figaro et L’Express, Bernard Arnault (l’homme le plus riche de France), Les Échos, et Bolloré, Direct Soir (3). Si l’on peut logiquement affirmer que ces médias sont sous influence et au service du pouvoir qui les possède, n’hésitons pas à les nommer « médias dépendants ». De fait, nous nous trouvons légitimement en droit de douter de leur version des événements, et c’est la raison pour laquelle nous cherchons à nourrir nos recherches via des réseaux alternatifs et indépendants.

Les médias libres sont très actifs sur le web : chacun peut ouvrir son site et raconter ce qu’il veut, de l’information vérifiée à la pire affabulation. Très active sur les réseaux sociaux, j’y croise quantité de personnes qui publient et relaient toutes sortes d’infos. Il arrive que je me permette de signaler que l’une d’elles est infondée, qu’elle a été démentie ou qu’il s’agissait d’un « hoax » (canular). La diffusion de ce type d’« information » nuit à la compréhension du monde et, loin d’être utile à nos causes, elle la dessert au contraire. Mais ce n’est pas tout : elle nuit aussi et surtout à l’ensemble des initiatives citoyennes. Pourquoi ?

Parce que cela offre à tous ceux ayant intérêt au maintien du système l’opportunité de disqualifier à bon compte toutes les initiatives en les taxant de « complotistes ». Un exemple de ce genre de stratégie de discréditation ? L’article « 11 septembre, OGM, ondes… : la science citoyenne, cette fumisterie » (5), écrit par Jérôme Quirant et publié par Rue 89 en août 2013. Il écrit « j’ai été sidéré par les similitudes entre le mouvement conspirationniste autour du 11 septembre et ceux agissant dans bien d’autres domaines (OGM, nucléaire, etc.) […] Pourtant, nul besoin d’associations “citoyennes” pour démontrer le théorème de Pythagore. Il n’existe pas plus de science citoyenne que prolétarienne ou bourgeoise, mais une démarche scientifique qui permet d’expliquer notre monde et de proposer des solutions techniques pour améliorer notre quotidien.  »

 

Croire n’est pas savoir

Mon propos ne cherche certainement pas à nier à ceux qui le désirent le droit de douter des thèses officielles, ni celui de spéculer. Ce que je cherche à faire entendre ici, c’est qu’afin de convaincre le plus largement possible leurs concitoyens et donc d’être crédibles en ne donnant au système aucun argument qui pourrait être nuisible à leurs causes, il est de la responsabilité et de l’intérêt de ceux qui partagent les luttes actuelles de n’utiliser que des arguments issus de sources indépendantes, basés sur des informations vérifiées et vérifiables. De même que la foi est intime, la spéculation doit le rester : tant qu’elle est croyance (non vérifiable), elle ne doit pas se déguiser en connaissance. À ceux qui luttent contre Monsanto (par exemple), nul besoin de faits infondés : les études établissant les liens entre pesticides et conséquences sanitaires et environnementales (6) sont largement suffisantes. Colporter des rumeurs nuit aux combats que nous voulons mener.

La plus perfide façon de nuire à une cause est de la défendre intentionnellement avec de mauvaises raisons. Nietzsche

Risquons maintenant une hypothèse et, sans la déguiser en connaissance certaine, spéculons ensemble ! Que penser de ceux qui, lançant des théories fumeuses, nourrissent ces réseaux ? S’ils étaient complices du système, profitant de l’ignorance des citoyens qu’ils recrutent ? On pourrait penser que ces sites « d’information » servent volontairement le système qu’ils prétendent combattre. Car affirmant être les seuls à posséder la vérité – ce qui n’est pas sans évoquer les obscurantistes religieux –, ils conduisent des personnes mal informées, à colporter à tout va leurs théories fumeuses. Si donc ces rumeurs avaient été lancées sciemment par ceux qui ont intérêt à protéger le système en place ou, pire, par le système lui-même, dans le but de discréditer l’ensemble des initiatives citoyennes ? Je ris en pensant que c’est bien là une hypothèse plus complotiste que la pire des théories du complot.

 Sans spéculer maintenant, rappelons que notre véritable ennemi, celui contre lequel nous possédons les arguments vérifiables, c’est la toute-puissance du capital. Faisons en sorte de ne pas donner d’arguments à nos détracteurs, et portons haut et fort ces mots : « Contre les chercheurs et médias dépendants : vive la science citoyenne ! »

Louise Moulin – collectif citoyen les Engraineurs

©Arcimboldo feat. Mauvaise Tête

 

(1) De notre servitude involontaire, Alain Accardo, 2001.

(2) Les Nouveaux Chiens de garde sont un film documentaire réalisé par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, sorti en France le 11 janvier 2012. Il s’agit d’une libre adaptation au cinéma de l’essai du même nom de Serge Halimi (paru en 1997 et réédité dans une version actualisée en 2005). Comme le livre, le film explore les collusions entre les médias français et le pouvoir politique.

(3) http://tempsreel.nouvelobs.com/medias-pouvoirs/20070124.OBS8585/qui-possede-quoi.html et http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/qui-possede-les-medias-72443

(4) http://www.legrandsoir.info/monsanto-achete-blackwater-la-plus-grande-armee-mercenaire-du-monde.html

(5) http://www.rue89.com/2013/08/04/11-septembre-ogm-ondes-science-citoyenne-vaste-fumisterie-244746 et http://www.lemonde.fr/planete/artic…

6)  http://www.lemonde.fr/planete/artic… et surtouthttp://www.change.org/fr/p%C3%A9tit…

3 Commentaires
  1. Le 4ème singe 5 années Il y a

    Voici un complément à cet article: « comment s’informer sur internet ? » http://4emesinge.com/dossier-methode-de-recherche-dinformation-sur-internet/

  2. […] (Source : Le 4ième singe) […]

  3. gloups 5 années Il y a

    Salut et merci pour cet article.

    Ta réflexion est intéressante etr je me la suis déjà faite un paquet de fois : existe-t-il une théorie de la théorie du complot.
    Honnêtement et même si je ne vais pas refaire tout mon cheminement perso ici, j’en arrive à croire que c’est plus que probable vu que :
    – le terme de complotiste / conspirationniste est systématiquement utilisé par les intellectuels / politique / oligarques pour se sortir d’une interpellation gênante,
    – ces termes sont utilisés massivement par les médias (donc dépendants) pour disqualifier toute personne qui s’interroge sérieusement sur le fonctionnement des cercles de pouvoir,
    – l’argument « complotiste » permet de couper court à tout débat.

    Par ailleurs le fait de produite des sites ou les complots les plus loufoques cotoient ceux plus probables permets d’enfumer massivement les gens qui jetteront le bébé avec l’eau du bain…

    Pour aller plus loin et se faire une opinion éclairée :

    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?article104 : l’invention de la théorie du complot sur cet excellent site que je recommande à tous

    + A LIRE ABSOLUMENT : http://www.legrandsoir.info/IMG/pdf/IS_M.pdf Mondialisation et ingénierie sociale…édifiant et émancipateur.

    cdt

Laisser un commentaire

Nous contacter

Pour poser vos questions, c'est par ici !

En cours d’envoi

Le 4ème singe        /       2013 - 2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?